La basilique Notre Dame Des Miracles. 

 

 

 

Située à l'emplacement d' une chapelle du VI eme crée par Théodechilde, elle a été mise en chantier à la fin du XIe siècle. des documents d'archive précisent, en 1105, que les travaux sont en pleine évolution. Seule basilique dans le Cantal depuis 1921, elle est reconnue comme l'église romane la plus importante de Haute-Auvergne et mérite une longue visite.

- A l'extérieur, les point forts sont à l'est le chevet, à l'ouest le portail.

- Le chevet est la partie la plus ancienne de l'église, la plus remarquable aussi, avec sa corniche de pierre ornée d'un cordon tressé, ses modillons pleins de vie (parfois obscènes), ses fenêtres encadrées de moulures reposant sur des colonnettes aux bases et chapiteaux ouvragés. Un bandeau continu, tressé, formes archovoltes sur les cinq ouvertures qui sont séparées par des colonnes engagées (chapiteaux ornés d'aigles et de lions) renforçant les murs et la corniche.

- Le clocher octogonal du XIIeme siécle, repose sur un massif carré debordant des toitures. Il a été reconstruit deux fois sur sa base : en 1625, aprés la Guerre des religions et en 1845, aprés la demolition de 1793 .

- On peut remarquer sur les façades; autrefois flanquées de quatre chapelles des XVe et XVIe siècle, la maçonnerie des fermetures récentes de la fin XIXe siècle. La porte romane du XIIIe siécle de la façade sud, est encadrée d'une archivolte à cordon de billettes. Sa double arcature repose sur des colonnes à chapiteaux sculptés. la fenêtre ogivale du XVsiècle a été placée là pour éclairer la chaire qui est juste en face.

 

 

 

 

 

- Le porche exceptionnel de la basilique valorise le pignon ouest flanqué de tours carrées du XVIIe siècle. L'ensemble, souligné par une archivolte en saillie ornée des signes du zodiaques, est divisé en trois arcatures séparées par deux colonnes qui reposent sur la croupe de lions (seul celui de gauche est roman).

 L' intérieur de la Basilique

 

L'archivolte