L' histoire de Mauriac

 Plus de 2000 ans d'histoire 

 

 

 

La cité devient un grand centre de pélerinage dédiés à la Vierge, autour de la Chapelle et du premier monastère, reconstruit plusieurs fois au cours des siècles. Ces pélerinages déplacent des foules considérables. Au XIe siècle s'ajoute le pélerinage du puy Saint-Mary, dont il reste le grand marché du 8 juin.

 

 

 

 

 

La ville de Mauriac est l'une des plus anciennes cités du Cantal. Il existait déjà une implantation de population , dès l'age de bronze, au bord de l'Auze, attestée par l'éperon barré d'Escoalliers, sur le site dit du "Château-vieux".

 

Par ailleurs, on a retrouvé les traces d'un important culte des sources de la période gauloise dans le périmetre du monastère et du musée, en plusieurs endroits. Il est probable que la ville qui existait déjà au début de l'ère chrétienne, s'est renforcée à l'époque gallo-romaine. De nombreux vestiges des 1 ers siècles après J-C ont été découverts sur l'ensemble du vieux Mauriac. La ville était importante. Mais c'est au VIe siècle, prés du monastère bénédictin Saint-Pierre et de la Chapelle Notre-Dame, fondés par Théodechilde fille de clovis(à qui la Vierge Marie était apparue) que Mauriac prend son essor. 

Le monastère, de statut royal, dominait toute la Région. Son doyen avait rang d'Evêque.

 

La période révolutionnaire est très agitée à Mauriac. Le monastère est vendu par la municipalité de l'époque à des particuliers. Il sera racheté par la mairie en 1984, soit près de deux siècles plus tard. Ou du moins ce qu'il en reste, car la magnifique église Saint-Pierre, elle, est perdue à jamais. De ses pierres naquit en 1824, la mairie actuelle. Elle fut alors rasée complétement.
 

Tout au long du moyen-age, la ville s'agrandit. D'énormes marchés s'y déroulent. Au XIe siècle sont bâtis la basilique Notre Dame Des Miracles qui remplace a 1ère chapelle de Théodechilde, le monastère et son église, aujourd'hui disparue, mais qui était d'une taille double de la basilique, avec une flèche haute de 56 mètres, ressemblant à celle de la cathédrale de Tulle.

 Fin du moyen-âge, Mauriac a ses consuls. Elle devient au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, capitale administrative du Nord Cantal, siège d'institutions publiques qui préfigurent la sous-préfecture actuelle, aprés qu'au XVIe siècle ait été crée l'un des premiers collèges de jesuites de France. 

En fait Mauriac a toujours été capitale. 

Au cours du XIXe siècle, la ville s'étend, mais se développe peu malgré le chemin de fer, sur le plan économique, et elle va décliner dans la première partie du XXe siècle, au regard de cités voisines plus actives.

 

Une renaissance se dessine depuis une trentaine d'années avec la création,à coté du lycée classique, du lycée d'enseignement professionnel en 1977, d'un village de vacances en 1981, et en 1982 d'un marché aux bestiaux(Parc Des Rédines), premiers d'Auvergne, ainsi que la reprise complète d'une liaison routière, pratiquement neuve, entre Clermont et Aurillac par Mauriac, que la future autoroute Clermont-Bordeaux par Ussel irriguera.

Cette autoroute ,en cours de réalisation, est une bonne nouvelle pour Mauriac. La création récente d'une laiterie,d' une zone industrielle en coopération avec la commune du Vigean et d'un centre de tourisme avec un plan d'eau sont motifs d'espoir, pour une ville qui entend confirmer sa vocation de capitale du Nord Cantal.